Vous Visitez:  Accueil »» Programmes »» NFVPM

Novembre est le mois de la prévention de la violence (NFVPM)

Novembre est le mois de la prévention de la violence (NFVPM)
Novembre est le mois de la prévention de la violence (NFVPM). Cliquez ici pour télécharger la Déclaration.

Déclaration | Partage d’activités

Comprendre la violence familiale
La violence familiale est l’un des problèmes sociaux les plus urgents auquel doit s’attaquer la société d’aujourd’hui. Répandu au Nouveau-Brunswick et dans l’ensemble du Canada, ce problème touche 51 % des femmes canadiennes de plus de 16 ans. La violence familiale comprend la violence faite aux enfants, aux jeunes, aux personnes âgées, aux conjoints ou partenaires et aux personnes handicapées. Elle peut prendre différentes formes dont la violence physique, sexuelle, psychologique et spirituelle ou l’exploitation financière. Menacer de faire du mal ou de tuer les animaux de compagnie fait souvent partie du cycle de la violence familiale.

• En date de février 2005 au Nouveau-Brunswick, 29 femmes avaient été tuées par suite de violence conjugale et trois de ces décès étaient antérieurs à 1990.
• De 1997 à 2001, au Canada, 109 femmes et 12 hommes ont été tués par d’anciens conjoints.
• Dans 59 % des cas d’homicide entre conjoints, les policiers étaient au courant de la situation de violence familiale.
• En 2001-2002, au Nouveau-Brunswick, 2 132 femmes et enfants ont séjourné dans un refuge en raison de situations de violence familiale.
• En 2001-2002 au Canada, 101 248 femmes et enfants ont séjourné dans un refuge en raison de situations de violence familiale.
• 22 % des conjointes victimes de voies de fait n’ont jamais parlé de ce qu’elles vivaient.
• Seulement 41 % des femmes victimes de violence ont fait appel à un service social.
• Seulement 38 % des femmes victimes de violence signalent le crime à la police.
• En 2001, 25 % de tous les crimes de violence signalés à la police étaient des cas de violence familiale.
• En 2001, 47 % des victimes de harcèlement criminel étaient des partenaires/conjointes.
• Les femmes sont cinq fois plus à risque d’être victimes de violence familiale que les hommes.

Déclaration
Cliquez ici pour télécharger la Déclaration.
De gauche à droite: La ministre Margaret Ann Blaney, ministre responsable de la Condition de la femme; le premier ministre David Alward; Mme Therese Murray, directrice administrative de La Fondation Muriel McQueen Fergusson Foundation et Mme Marilyn Abbott Charters, présidente de la Fondation Muriel McQueen Fergusson Foundation.

ATTENDU QUE
les conséquences de la violence familiale nous concernent tous;

ATTENDU QUE la violence familiale comprend le mauvais traitement des enfants et des jeunes, des personnes âgées, d'un conjoint ou d'une conjointe, ou des personnes handicapées;

ATTENDU QUE la violence familiale se présente sous plusieurs formes : violence physique, émotive et sexuelle;

ATTENDU QUE la violence familiale est un des fléaux les plus insidieux et les plus répandus de notre société;

ATTENDU QUE la Fondation Muriel McQueen Fergusson, une fiducie caritative, a été mise sur pied pour financer la recherche visant à établir les causes, l'incidence et les types de traitement relatifs à la violence familiale, ainsi que pour promouvoir et parrainer des programmes d'information efficaces afin de sensibiliser le public à ce problème;

PAR CONSÉQUENT, je, David Alward, premier ministre du Nouveau-Brunswick, déclare le mois de novembre 2010 :

« MOIS DE LA PRÉVENTION DE LA VIOLENCE FAMILIALE »

au Nouveau-Brunswick et exhorte tous les Néo Brunswickois et Néo Brunswickoises à appuyer les efforts de la Fondation Muriel McQueen Fergusson et de tous ceux et celles qui œuvrent quotidiennement pour mettre un terme à la violence familiale.

Cliquez ici pour télécharger la Déclaration.

^ Haut de la Page

Partage d’activités
La Fondation Muriel McQueen Fergusson invite les petites et grandes organisations à lutter contre la violence familiale et à promouvoir son élimination. La fondation subventionne l’élaboration de méthodes efficaces pour enseigner aux enfants et aux adultes des stratégies non violentes pour composer avec la frustration et les déceptions inhérentes à la vie quotidienne. En contribuant à cette cause louable, vous pourrez aider à briser le mur du silence auquel se heurtent de nombreux Néo-Brunswickois et Néo-Brunswickoises tous les jours.

En participant à la journée du décontracté pour vaincre la violence familiale, vous pouvez aider à lever le voile sur cet enjeu de société important. C’est aussi simple que ceci :

1. Choisissez une journée du décontracté (les vendredis sont une journée qui convient bien habituellement)
2. Demandez aux employés qui y participent de verser 2 $.
3. Ou encore, vous pouvez opter pour une semaine entière à 5 $ ou encore le mois entier à 10 $.
Si le mois de novembre ne convient pas à votre entreprise, choisissez un moment plus propice. Il n’est jamais trop tard pour venir en aide aux autres.

Remplissez le formulaire ci-dessus et télécopiez-le au 506-472-5084 et nous vous enverrons tout le matériel dont vous avez besoin pour organiser votre Journée du décontracté!

   
   
   
   
   
   

 

^ Haut de la Page